Mon Frère.

Mon frère vient de faire un AVC. Il a 51 ans.
J’hésite à parler de lui au passé.
Je n’ai jamais été proche à cause de notre différence d’âge.

Eric, puisque c’est son nom, m’a toujours fait peur.
D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais su comment gérer sa brutalité. Je n’aimais pas aller chez lui, même pour un week-end, car ça signifiait que j’allais devoir supporter 48h d’engueulades et de cris.

Je le méprisais, lui le travailleur à l’usine, lui et son accent ch’ti, lui et sa télé allumé sur TF1 h/24, lui le fumeur de gitane, lui et ses bières. Toutes ces bières.

J’ai appris quelques années plus tard, que ce mépris ne venait pas de nulle part (relire Bourdieu). Et si je n’ai jamais pardonné sa violence, j’ai appris à le respecter lui, l’ingénieur, lui et son incroyable culture G. Au final, ce qui nous a lié c’est notre amour inconditionnel pour notre mère, lui le fils à maman.

Eric, c’est le seul qui m’a défendu quand j’ai fait mon Coming Out, c’est le seul qui a aidé ma mère quand elle a été hospitalisé après une chute.

Eric, c’est cet homme dont la vie s’est effondrée quand son usine a fermé en 2010. D’abord plusieurs périodes de chômage technique, puis le chômage tout court. Alors les quelques bières sont devenu plusieurs packs, après les packs, il fallait se lever la nuit pour finir le vin rouge.
Un psy ? Charlatan.
Dans le Nord, on sait comment soigner la dépression.

Delirium Tremens. Premier séjour à l’hôpital.
« Comment il va Eric ? » « Il vomit ce qu’il mange, il a mal au foie »
« Non, il ne veut pas aller voir le médecin, il sait que c’est grave ».

Hier, 21h: « Il a fait un AVC, il vient d’être transporté à l’hôpital de Lens ».
Ce matin, 8h: « Il ne va pas bien, le pronostic vital est engagé« .

Et moi, je ne sais pas quoi faire, pas quoi dire à part dresser ce portrait peu glorieux. J’aimerai raconter des souvenirs joyeux mais Eric, je ne le connais pas.
Je ne sais pas trop ce qu’on attend de moi. Je suis sidérée, je suis dans l’attente.
Oui, je vais préparer mon sac, oui, je vais prendre mes billets de train, oui, je vais être là.

Oui, je retiens mes larmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s